Comment éviter de manger ses émotions ? 3 + 3 astuces

par Madame Paleo

manger ses émotions

Comment éviter de manger ses émotions ? 3 + 3 astuces

Vous êtes-vous déjà retrouvé à chercher du réconfort dans un paquet de chips ou un pot de Nutella après une journée stressante ? L’alimentation émotionnelle est un sujet qui résonne avec beaucoup d’entre nous. Qu’on cherche à soulager le stress, combler un vide émotionnel ou simplement trouver un peu ou beaucoup de réconfort, nos émotions jouent un rôle essentiel dans nos choix alimentaires. Mais que se passe-t-il réellement au moment de manger ses émotions ? Comment pouvons-nous identifier ces habitudes et les transformer pour améliorer notre bien-être physique et émotionnel ? Dans cet article, je vous propose d’explorer les mécanismes inconscients qui se cachent derrière l’alimentation émotionnelle et leurs conséquences sur notre santé. Je vais surtout vous donner des stratégies pratiques pour adopter une alimentation plus consciente et émotionnellement saine. C’est parti !

Cet article a été rédigé par Marlène ALBRECHT de Zen & Ambitieuse, experte en transition professionnelle post burn-out.




Si vous lisez cet article aujourd’hui, c’est probablement parce que vous avez déjà ressenti une envie irrépressible de manger quelque chose de gras, salé ou sucré pour vous réconforter. Cela signifie que, comme beaucoup d’entre nous, il vous arrive de manger vos émotions. Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul, cela nous arrive à tous ! Avant de vous proposer des solutions, il est important de comprendre pourquoi ce phénomène se produit.

Notre corps fonctionne selon deux modes principaux :

  • Le mode parasympathique : Le mode « restauration », activé lorsque nous mangeons, digérons et dormons.
  • Le mode sympathique : Le mode « action », déclenché lorsque nous devons lutter ou fuir, ce qui produit des hormones de stress.

Aujourd’hui, nous éprouvons souvent du stress, même sans être en danger imminent. Pour notre cerveau, câblé comme celui de nos ancêtres, le stress est perçu de la même manière. C’est ici que nos ressentis entrent en jeu. Le but principal du cerveau et du système nerveux est de nous maintenir en vie. Pour apaiser le stress, il incite parfois le corps à manger ses émotions. En mangeant, notre cerveau « falsifie » la situation pour nous faire passer en mode parasympathique, car si je mange, c’est que je suis dans une situation de détente.

Je vous l’avoue, c’est difficile de résumer tout cela en quelques phrases ! Je vous propose donc d’aller lire cet article détaillé qui explique le fonctionnement du stress. Retenez surtout ceci : si vos émotions (pression, ennui, tristesse) vous poussent à manger, il est possible d’y remédier en comprenant comment tirer parti de votre système nerveux 🙂.




Mais avant, arrêtons-nous quelques instants sur le problème qu’engendre le fait de manger ses émotions. La difficulté avec l’alimentation, c’est qu’elle est reliée directement à un besoin de survie : si on ne mange pas, on meurt. Et je pense que comme bon nombre de femmes, vous avez déjà fait l’expérience des régimes drastiques à base de salade verte sans sauce et de haricots verts vapeur bruts. Question plaisir gustatif, on repassera 😅. On voit donc bien que le plaisir se trouve aussi dans les aliments que l’on choisit de manger, et c’est bien là tout le piège.

Le problème avec l’alimentation émotionnelle, c’est qu’elle va nous pousser à ingurgiter des aliments souvent ultra-transformés, « doudous » et sur le long terme, mauvais pour notre santé. Les risques d’une telle alimentation sont nombreux, tant sur le plan physique qu’émotionnel :

  • Prise de poids ;
  • Problèmes digestifs ;
  • Maladies chroniques ;
  • Carences nutritionnelles ;
  • Fatigue et baisse d’énergie ;
  • Culpabilité et honte ;
  • Entrée dans un cercle vicieux : je me sens mal donc je mange, donc je me sens mal… ;
  • Image corporelle négative ;
  • Problèmes de santé mentale ;
  • Isolation sociale…



Heureusement, il existe des solutions efficaces pour arrêter de manger ses émotions. Et la bonne nouvelle, c’est que vous pouvez les mettre en place facilement dès maintenant !


Retrouver une alimentation émotionnelle saine

La première étape, c’est de faire la paix avec votre alimentation émotionnelle. On l’a vu, il ne serait pas raisonnable de décorréler la nourriture avec toute forme de plaisir. L’objectif ici est de continuer à apprécier ce qu’on mange, sans privation, mais sans chercher à combler un vide existentiel non plus. Voyons comment.

1. Détecter et prendre conscience des émotions

Le premier point, et peut-être le plus important, c’est celui d’apprendre à reconnaître vos déclencheurs émotionnels. Quelles émotions, quelles situations vous poussent à manger ? Pour ma part, j’ai tendance à grignoter ou à manger moins équilibré pour contrer la fatigue, qu’elle soit due à l’ennui ou à ma journée de travail, tout simplement. Et vous, voyez-vous des schémas récurrents qui se dessinent ? Vous pouvez par exemple tenir un journal pour vous aider à les repérer.

2. Adopter des techniques de gestion du stress

Vous avez compris : plus vous allez être dans un environnement stressant, plus vous allez vous laisser entraîner par l’alimentation émotionnelle. Une des solutions est donc de prendre le problème à la racine et d’agir concrètement pour vous détendre. Les moyens sont nombreux : journaling, méditation, yoga ou activité physique plus ou moins soutenue… Ma technique préférée reste celle de la respiration 4-4-6-2 !

3. Créez vos propres alternatives positives

On ne passe pas notre temps à manger. Je suis sûre que vous aussi, vous avez d’autres sources de réconfort dans la vie. Je vous ai parlé de ma difficulté à manger sain le soir… Pour ne rien vous cacher, je suis une vraie fan de fast-food ! Sauf qu’on est d’accord, une fois de temps en temps, ça passe, mais tous les soirs, c’est une autre histoire 😉. Ma botte secrète : remplacer la pizza par une version beaucoup plus healthy ! Et quand je m’ennuie, hé bien je change tout simplement d’activité : je vais faire un tour, je joue un peu de guitare, je lis un livre… À vous de trouver vos propres substituts !


Tendre vers l’alimentation consciente

Une fois que l’on a bien identifié ses schémas et mis en place de premières actions pour ne plus manger ses émotions, on peut envisager l’étape suivante : tendre vers l’alimentation consciente. Ici, je vous propose de multiplier vos sensations de plaisir (et donc de rassasiement 😉).

1. Manger en pleine conscience

J’ai évoqué la méditation tout à l’heure, mais saviez-vous que pour atteindre cet état méditatif, contemplatif, il n’y a pas besoin de s’asseoir en tailleur pendant des heures en attendant l’illumination divine ? C’est le concept de la pleine conscience. C’est assez facile : cela évoque simplement l’acte de revenir dans le présent, d’être à l’écoute de ses sensations de ses ressentis. Au moment du repas, je vous propose de vous concentrer sur l’acte de manger en prêtant une attention particulière à la texture, au goût, à l’odeur et à l’apparence des aliments. Ici, on essaye de manger le plus lentement possible et de vraiment savourer chaque bouchée. J’ai bien conscience que c’est un exercice assez difficile à réaliser pendant votre pause déjeuner au travail — et à tous les repas de manière générale —, mais pourquoi ne pas essayer ce week-end ? Ou mieux, pourquoi ne pas tenter l’expérience lorsque vous vous faites un petit plaisir exceptionnel ? 🧁️

2. Écouter les signaux de faim et de satiété

Apprendre à écouter les signes de son corps est également un acte de pleine conscience. On a vu qu’on peut manger sans avoir faim, mais combien sommes-nous à continuer à manger alors que nous avons déjà rempli notre estomac comme il faut ? Ce sont deux exercices qui demandent un peu plus de pratique, mais ce n’est pas insurmontable. Par exemple, boire de l’eau peut nous aider à déterminer si on a vraiment faim ou si finalement, ce n’était que de la soif. Manger lentement permet de laisser à l’organisme le temps de générer les hormones et les messages nerveux indispensables à la sensation de satiété.

3. Choisir des aliments nutritifs

Il existe une corrélation entre les aliments que nous ingérons et notre stress. Consommer des aliments ultra-transformés très régulièrement va appauvrir notre microbiote intestinal, ce qui peut avoir pour effet de provoquer de l’inflammation dans le corps, et donc, du stress. En choisissant des aliments variés et nutritifs (et par là, je ne veux pas forcément dire issus de l’agriculture biologique, même si c’est toujours mieux), vous allez contribuer à la richesse de votre flore intestinale. La chose à retenir, c’est donc de manger le plus varié et le plus naturel possible !




Ce qu’il faut retenir pour ne plus manger ses émotions

L’alimentation émotionnelle est quelque chose que beaucoup d’entre nous expérimentent au quotidien. Pour faire face à ce phénomène de façon durable, la première étape est de comprendre ce qui nous pousse à manger nos émotions. Notre corps, avec ses modes parasympathique et sympathique, joue un rôle clé dans cette dynamique, et influence notre comportement alimentaire.

Les conséquences d’une alimentation émotionnelle non contrôlée peuvent être sérieuses, et affecter à la fois notre santé physique et mentale. Prise de poids, problèmes digestifs, maladies chroniques, et impacts sur notre bien-être émotionnel et social inclus !

Heureusement, il existe des moyens efficaces pour renouer avec une alimentation émotionnelle saine :

  1. Prendre conscience de nos émotions ;
  2. Adopter des techniques de gestion du stress ;
  3. Trouver des alternatives positives.

Puis progressivement, on peut approfondir notre cheminement vers une alimentation consciente :

  1. Manger en pleine conscience ;
  2. Écouter les signaux de faim et de satiété ;
  3. Choisir des aliments nutritifs.

En mettant en pratique ces étapes à votre rythme, vous avez le pouvoir de transformer votre rapport avec la nourriture, améliorer votre gestion émotionnelle et cultiver un mode de vie équilibré. Chaque petit pas vers une alimentation consciente compte, alors commencez dès aujourd’hui pour un meilleur bien-être à long terme !

Et vous, quelles sont les émotions les plus fréquentes qui vous poussent à manger ? Que faites-vous quand cela arrive ? Partagez votre expérience en commentaire !




Pour plus de conseils ainsi que de recettes saines, suivez-moi sur les réseaux sociaux : FacebookYouTubeInstagramTikTok et inscrivez-vous à ma newsletter ici




Partagez cet article avec ceux que vous aimez :

Laissez un commentaire

8 commentaires

Béa 🌷 10 juillet 2024 - 11:24

Merci Jessica pour cet article très instructif et utile ! Je partage totalement ton point de vue sur l’importance de comprendre nos déclencheurs émotionnels et de trouver des alternatives saines. Personnellement, cela m’a permis de mieux gérer mes émotions et de faire des choix alimentaires plus conscients.
Merci encore pour ton article et au plaisir d’échanger de nouveau ensemble. 🌷

Répondre
Jackie 10 juillet 2024 - 00:17

Tes astuces et explications sur la pleine conscience et la gestion du stress sont vraiment utiles et pratiques. J’apprécie particulièrement les stratégies concrètes que tu proposes pour transformer nos habitudes alimentaires.

Répondre
Stephany Abicha 9 juillet 2024 - 10:13

J’ai particulièrement apprécié les techniques de gestion du stress que tu proposes, comme la respiration 4-4-6-2. Cela m’a donné de nouvelles idées pour gérer mes envies de grignotage émotionnel.

Répondre
Stephanie 9 juillet 2024 - 09:10

Cet article me parle tellement ! C’est incroyable comme il décrit parfaitement ce que je ressens parfois.

Comprendre les mécanismes derrière l’alimentation émotionnelle et découvrir des stratégies pour mieux gérer ces moments est vraiment précieux.

Merci pour ces astuces pratiques et accessibles !

Répondre
Magdalena 8 juillet 2024 - 20:33

J’adore le titre de cet article ! Il est tellement « explicite » et en même temps intriguant… j’aime aussi les astuces concrètes que tu proposes pour lutter contre ces comportements alimentaires.

Répondre
Beatrice 8 juillet 2024 - 12:57

Merci beaucoup pour cet article que j’ai beaucoup apprécié. En travaillant avec la cohérence cardiaque, on active le parasympathique. En effet en moment de stress, la cohérence cardiaque est une grande aide. Il y a des recherches scientifiques qui montrent cela. Ensuite, manger ses émotions , j’ai mis des années à comprendre quand je le faisais et comment cela se manifestait pour moi dans mon corps et ma tête. C’est vraiment un apprentissage.

Répondre
Pascal Quionquion - couple -heureux 8 juillet 2024 - 09:23

J’aime, j’aime, j’aime cette invitation à se connecter à soi pour ‘ »prendre conscience de ses émotions » pour ne plus se pourrir en mangeant nos émotions. Merci pour cet apport enrichissant.

Répondre
Coralie 8 juillet 2024 - 09:02

Merci beaucoup pour ton article qui va parler à plus d’un. C’est vraiment un problème qui touche énormément de personnes et moi la première, notamment avec le sucre. Ce qui entraîne chez moi une inflammation interne et je me retrouve avec des boutons d’acné…
J’ai du coup mis en place des aliments plus sains lorsque je ressens l’envie de grignoter tels que les oléagineux. Il est évident que je dois faire aussi un travail sur ces émotions parasites.
Merci encore pour ton article qui donne des conseils si precieux 🙏

Répondre